Tentons Ensemble de Réaliser un Rêve pour nos Enfants
Chenille processionnaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Chenille processionnaire : l’hiver trop doux et le retard dans la prévention sont les principales causes
Par Suzanne BAAKLINI | 13/03/2010


Une branche de pin attaquée par des milliers de chenilles.

Si la chenille processionnaire, qui attaque les pins, n'est pas un problème nouveau, sa présence dans les forêts atteint cette année des proportions catastrophiques. Le principal responsable ?
Le climat.
Un hiver trop doux, des prédateurs naturels qui disparaissent à vue d'œil à cause d'une chasse chaotique et incontrôlée, des initiatives de traitement qui ont été prises trop tard... Bref, tous ces paramètres ont permis à un invité indésirable de s'épanouir sans contraintes : la chenille processionnaire du pin.
Les proportions du problème ont été jugées « catastrophiques » par Paul Abi Rached, président de l'association Terre-Liban. « Nous avons constaté l'ampleur du problème depuis quelque deux mois, alors que nous luttions avec des moyens manuels contre le fléau dans la forêt de Baabda dont nous nous occupons », dit-il. M. Abi Rached dit avoir tenté, en vain, d'alerter les autorités avant que la lutte contre l'insecte ne devienne trop difficile ou simplement inefficace.
En effet, dès qu'elle atteint le stade adulte et quitte son cocon pour rejoindre en procession le sol où elle hiberne pour un ou deux ans, la chenille est capable de causer des allergies graves chez l'homme. Les plaintes répétées de citoyens ont justement porté sur ce point. Que faire en cette saison, sachant que la chenille est actuellement à un stade très avancé de son évolution et qu'il est recommandé, en général, de prendre la situation en main bien plus tôt ?
Nous avons interrogé Chadi Mehanna, directeur du développement rural et des ressources naturelles au ministère de l'Agriculture, sur les causes des proportions catastrophiques du problème cette année. « Du fait d'un hiver pas assez rigoureux et de températures qui sont restées relativement élevées, la chenille s'est développée en deux cycles au lieu d'un cycle annuel, explique-t-il. C'est comme si on avait deux générations qui sont venues attaquer les pins successivement, surtout à des altitudes de 0 à 400 mètres. Comme il n'y a pas eu de pluies de grêle, les cocons sont restés intacts et il n'y a pas eu une proportion de mort naturelle des larves par le froid. »
Mais M. Mehanna insiste sur le fait que les chenilles n'attaquent pas une forêt dans son intégralité, mais se concentrent dans les clairières et les endroits clairs, d'où le fait qu'elle est très visible dans les zones résidentielles. Il assure aussi que les arbres qui ont bruni et qui paraissent secs redeviendront verts dans quelques semaines. Mais il ne nie pas qu'un pin attaqué plusieurs années de suite risque la mort.
Le ministère a visiblement tardé à mesurer l'ampleur de la catastrophe. Pourquoi ? « Traditionnellement, nous avions recours à un traitement par hélicoptère de la bactérie Bacillus Thuringiensis, une lutte biologique qui agit sur la larve dans les deux premiers stades, mais pas sur l'adulte, dit-il. Cette année, ce n'était pas dans le programme du ministère, d'autant que nous utilisons le pesticide Spinosad depuis quelques années. Personnellement, je ne suis pas favorable aux traitements de masse en forêt de peur de causer un déséquilibre naturel. »
Moyens manuels ou pesticides ?
Mais que fait actuellement le ministère et que compte-t-il modifier pour la saison prochaine ? M. Mehanna précise qu'à la suite des réunions du comité des forêts formé par le ministre de l'Agriculture, Hussein Hajj Hassan, pour de multiples raisons, dont la lutte contre la chenille processionnaire, l'idée de pulvériser un insecticide par hélicoptère sur les forêts a définitivement été abandonnée. « Pour l'instant, nous nous contentons de distribuer gratuitement à des particuliers ou des municipalités des doses du pesticide Spinosad, à utiliser sur les pins touchés près des maisons, explique-t-il. Mais nous n'en avons plus de grandes quantités, d'où notre conseil, dans les cas très critiques, de faire une attaque ciblée sur les arbres touchés avec des insecticides achetés sur le marché. »
Mais ceci ne nuira-t-il pas aux autres insectes bénéfiques ? « Je ne conseille certainement pas de pulvériser toute une forêt avec ce produit mais, à titre d'exemple, de l'utiliser sur deux ou trois pins dans une cour de récréation où des enfants peuvent contracter des allergies, dit-il. Quant au Spinosad, il s'agit d'un produit biologique mais pas homologué pour les forêts. »
Paul Abi Rached n'est pas d'accord, et assure qu'il y a des moyens de lutte manuelle à tous les stades. « Il est encore possible de détacher les cocons à l'aide de sécateurs, pour les détruire ensuite, affirme-t-il. On peut aussi, vu que les chenilles sont en train de descendre de l'arbre pour disparaître dans le sol à ce stade, coller de la glu sur le tronc pour les empêcher d'atteindre le sol. » M. Mehanna estime que ces propositions ne sont pas pratiques pour l'instant. « Des responsables municipaux m'ont contacté pour me dire que leurs employés ont fini à l'hôpital après avoir tenté de couper les cocons, parce ce qu'ils ne sont ni formés ni équipés », dit-il.
Le ministère compte-t-il agir plus précocement à la saison prochaine ? M. Mehanna assure que si. « À partir du comité des forêts, nous avons formé un sous-comité chargé de préparer un plan d'action, présidé par l'expert Nabil Nemr, explique-t-il. Celui-ci nous a déjà proposé un plan. Nous allons utiliser très tôt des pièges à phéromones qui captent les papillons, afin d'observer leur évolution. Ensuite, nous allons nous pourvoir en Bacillus Thuringiensis, une trentaine de tonnes environ. Le seul problème auquel nous faisons face, c'est l'homologation de ce produit qui, du fait qu'il est une bactérie (non nuisible pour les autres insectes), est soumis à des contraintes. Cela se fera probablement vers septembre, sur les larves. »


 
< Précédent   Suivant >
rien à afficher
<< Sep 2014 >>
MTWTFSS
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday1247
mod_vvisit_counterYesterday1263
mod_vvisit_counterThis week2510
mod_vvisit_counterThis month2510
mod_vvisit_counterAll1992135
Advertisement

Cliquez sur l'image pour agrandir le plan.