Tentons Ensemble de Réaliser un Rêve pour nos Enfants
Journal Ecol'ogique Janvier 2014
JOURNEE INTERNATIONALE DES FORETS 2014 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Journée Internationale des ForêtsComme chaque année instaurée par l’Organisation des Nations Unies le 21 Mars est devenu la journée internationale des forêts, partout dans le monde sont organisés des événements pour éduquer, découvrir, valoriser, protéger et fêter les forêts.

L'arbre multi-millénaire à l'image du cèdre symbole du Liban, pilier de la vie, est un merveilleux symbole de longévité, d'espoir mais aussi indicateur la santé des écosystèmes dans lequel nous vivons.

Aussi, c'est le jour qui nous permet de prendre tous conscience de l’importance du rôle des forêts et la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui.

Pour étayer cela, le programme de développement des Nations Unis (UNDP) dresse un constat dramatique de la situation mondiale des forêts. L'Homme détruit la biodiversité des forêts à un rythme alarmant. La transformation des forêts en terres agricoles, le surpâturage, la gestion non durable, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, le développement d’infrastructures, l’exploitation minière et pétrolière, les feux déclenchés par l’homme, la pollution et le changement climatique ont tous des impacts négatifs sur la biodiversité forestière.

Cette dégradation rend les espaces forestiers plus fragiles et diminue les services essentiels rendus par les forêts aux hommes que ce soit par la production d'oxygène et la captation de nos émissions carbones, d'eau, de régulation climatique, de filtrage naturel des nappes phréatiques, la protection contre les glissements de terrain.

L'homme réalise-t-il que près de 45% des forêts initialement présentes sur Terre depuis 8000 ans ont disparu en moins de 100 ans? Les populations citadines n'en ont pris conscience que récemment du fait que les forêts offrent des opportunités de loisirs en vogue et que de ce fait les impacts sont apparus plus concrets.

De même dans les pays en voie de développement pour lesquels 80% de la population a recours à la médecine traditionnelle dont les substances médicinales essentielles proviennent de plantes et d'essences produites dans les forêts.

Notre médecine des pays industrialisés s'est développées grâce à la biodiversité, en détruisant les forêts, nous risquons de détruire un remède non découvert contre des maladies.

L'UNDP donne plus de précisions avec les chiffres suivants:
• Les forêts boréales, tempérées et tropicales abritent la grande majorité des espèces terrestres de la planète.
• Les deux tiers des grandes villes des pays en voie de développement dépendent des forêts voisines pour leur approvisionnement en eau potable.
• Environ 13 millions d’hectares de forêts du monde sont dévastés par la déforestation chaque année, soit une superficie équivalente à celle de la Grèce.
• On estime à plus de 100 le nombre d’espèces animales et végétales qui disparaît chaque jour avec ces forêts tropicales.
• Les émissions dues à la déforestation pourraient contribuer à environ 20% des émissions mondiales annuelles de gaz à effet de serre n Les forêts naturelles comptent parmi les meilleurs réservoirs de carbone.
• Plus des trois quarts de l’eau douce accessible de la planète proviennent des bassins versants forestiers.
• Plus de six millions d’hectares de forêts tropicales, particulièrement riches en biodiversité, disparaissent chaque année.

 

Comment décrire mieux le réveil des consciences et les actions nécessaires qu'en présentant ce que T.E.R.R.E.Liban réalise depuis le premier jour dans l'éducation à l'environnement et la préservation des forêts?

En tout premier lieu l'association lutte contre la destruction de la forêt naturelle la plus proche de Beyrouth se situant à Baabda. Cet espace de 10 hectares est riche en bio-diversité.

On y trouve 270 espèces de plantes dont 5 endémiques, 171 espèces d'oiseaux dont 12 en voie de disparition, 18 reptiles et amphibiens, 12 espèces de mammifères. Notre mission est de préserver la biodiversité de l'écosystème de la forêt de Baabda, tout d'abord en réalisant une gestion durable de la forêt permettant à la faune et la flore de vivre de leurs ressources naturelles tout en assurant un renouvellement de la forêt grâce à un rythme d'entretien et d'élagage approprié.

 
Aussi T.E.R.R.E.Liban en respect de l'Etat de l'Art du principe de gestion durable des forêts s'efforce d'appliquer autant que possible les points suivants:
• Protection de la diversité biologique et la présence d’essences adaptées aux conditions environnementales locales. L’implantation de certaines variétés exotiques par exemple pour leur rapidité de croissance - et donc leur rentabilité économique- peut aboutir à la destruction de certains habitats et d'espèces qui leur sont associées.

• Régulation de la productivité forestière. Elle doit permettre d’adopter un rythme de récolte permettant de préserver la fertilité des sols. Des récoltes trop fréquentes peuvent en effet épuiser le sol. Les méthodes d’exploitation doivent être prudentes et éviter des dommages au sol et au peuplement comme par exemple, faire emprunter toujours le même trajet aux véhicules nécessaires à l’exploitation de la forêt afin de limiter la surface du sol endommagée.

• Garantir la capacité de régénération. A partir d’un certain âge, la capacité de reproduction des arbres diminue. Récolter les arbres avant qu’ils n’aient trop vieilli permet de préserver la capacité de régénération de la forêt, et évite de recourir à la plantation qui diminue la diversité génétique.

• Assurer la santé et la vitalité des arbres. Les menaces qui pèsent sur les arbres sont variées (insectes, maladies, événements climatiques extrêmes…). Plus les essences d’arbres sont variées, plus la capacité d’adaptation et de résistance de la forêt est importante.

• Développer les fonctions économiques, écologiques et sociales utiles au territoire . La forêt doit être source d’activité économique et d’emploi, garantir la préservation de la biodiversité et jouer une fonction sociale d’accueil du public (loisirs) et de maintien des paysages.