Tentons Ensemble de Réaliser un Rêve pour nos Enfants

Oiseaux migrateurs en danger au Liban Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Chaque année les oiseaux d'eau migrateurs, tels que les barges rousses, sarcelles d'été, flamants roses et autres cigognes parcourent des milliers de kilomètres, parfois à très haute altitude en s'orientant grâce aux étoiles, à la position de la terre et aux champs magnétiques. Ces oiseaux dont la survie dépend des zones humides sont pourtant menacés par des évènements beaucoup plus terre à terre.

Selon l'ONG Birdlife international, 30% de ces espèces sont en danger d'extinction à cause de l'activité humaine.

Emission RFI sur L'AWAE et les oiseaux migrateurs:



En effet, au réchauffement climatique (essentiellement d’origine humaine), les lignes électriques, éoliennes, plateformes pétrolières off-shore, produits agrochimiques, s'ajoutent comme autant d’obstacles à la migration des espèces. Et ainsi, les marais, tourbières, mangroves ou estuaires qui contiennent les poissons nécessaires à la poursuite des longs voyages des oiseaux sont menacées par l'agriculture intensive et les programmes hydrauliques.

De plus, il subsiste encore des zones de chasse sans aucun contrôle qui mettent en danger la survie des espèces migratoires.

C'est notamment le cas du Liban qui n'a à ce jour promulgué aucune loi permettant de réguler l'activité de chasse sur son territoire alors que les dispositions législatives sont prêtes à être votées et appliquées.

Sachant qu'à compter du mois de Septembre des millions d'oiseaux migrateurs quittent l'Europe pour migrer en Afrique et passent par le Liban pour se reproduire, sur 255 espèces protégées et plus 395 espèces d’oiseaux répertoriées au Liban, près de la moitié sont des oiseaux migrateurs, et seules 10 espèces peuvent être chassées.

C'est afin de répondre à ces préoccupations qu'a eu lieu du 12 au 18 Mai 2012 dans la ville de la Rochelle, en France, la 5 ème conférence Internationale sur les oiseaux migrateurs de l'AEWA (Accord sur les oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique & d'Eurasie).

Cet accord réunit tous les trois ans une soixantaine de pays d'Afrique, d'Europe et d'Asie, plus de 300 représentants, ONG, scientifiques et haut fonctionnaires autour d'une initiative qui tente de réconcilier préservation de l'environnement et développement économique sous la thématique "Les oiseaux d’eau et les hommes, des habitats en partage".

Le Liban, a bien été représenté mais seulement par une seule "Experte" du Ministère de l'Environnement. Ce qui devait s'avérer suffisant puisqu'à toutes les questions concernant les mesures prises pour la protection de chaque espèce, il a été reporté qu'il n'y a rien de mis en place au Liban.

Lien: Lebanon National Report 2009-2011

AWAEToutefois à l'issue de ce congrès les participants se sont engagés à respecter les accords de préservation des oiseaux d'eau migrateurs.

Parmi les nombreux points abordés, les pays signataires dont le Liban se sont engagés à mettre en place une législation sur la chasse sur le principe de l'utilisation durable et donc de mettre en oeuvre une politique restrictive en matière de chasse contre les espèces protégées.

De plus, les pays signataires se sont engagés de développer un système fiable et harmonisé de collecte de données sur les "prélèvements" (abattages) des oiseaux classés en tant que migrateurs.

On se pose donc la question: "Comment le Liban peut-il répondre à ses engagements auxquels il s'est engagé depuis le 1er Décembre 2002 alors que tous les gouvernements successifs n'ont jamais voulu légiférer sur cette pratique sauvage largement répandue dans tous les milieux sociaux Libanais?"

Nous avons pu nous mêmes constater le peu d'importance sur le sujet de la part du ministère de l'environnement. Nous l'avons contacté sous l'égide du "Lebanon Eco Movement" (rassemblant 60 ONG libanaises) pour prendre un rendez-vous pour le 20 Septembre dernier, afin de lui demander de prendre des mesures pour s'assurer de la protection des oiseaux migrateurs.

Le ministère nous a finalement répondu et nous a seulement donné rendez-vous le 14 novembre alors que le massacre d'oiseaux migrateurs a encore une fois eu lieu sans qu'il n'y ait de mesure de prise pour stopper ce fléau.
 
0n a pu le constater sur les différents réseaux sociaux où l'on peut voir des pères de famille et leurs enfants trôner fièrement au milieu de centaines de cadavres d'oiseaux, ou en tenant fièrement des rapaces et péliquants qui ne sont en aucune façon comestibles.

La chasse au Liban est aujourd'hui pratiquée et enseignée sans aucune régulation, sans aucune déontologie et aucune sécurité pour la population en l'absence de zones de chasse définies.

Nous sommes très inquiets et dénonçons cette banalisation de la violence et du meurtre gratuits d'espèces vivantes en totale contradiction avec les bonnes pratiques et les législations sur la chasse que l'ont peut retrouver appliquées dans les autres pays en Afrique ou en Europe.

Monsieur le Ministre de l'Environnement, la chasse ne peut être considérée tel un jeu vidéo et pratiquée librement, sa pratique actuelle est un jeu de massacre dangereux, un défouloir pour sanguinaires frustrés.

Son impact sur l'environnement est considérable, les espèces disparaissant, ce sont des écosystèmes entiers qui sont menacés dont le notre et au delà de cette considération vous favorisez la banalisation des armes comme moyens ludiques ce qui ne va en rien aider à établir des bases pédagogiques et psychologiques d'une paix durable pour nos enfants.

Il est urgent que vous agissiez afin d'une part de faire appliquer la loi en vigueur interdisant tout simplement la chasse et d'autre part de mettre en oeuvre une loi capable de réguler cette pratique conformément aux engagements pris par le LIBAN devant les instances internationales de l'UNEP & de l'AEWA que ce soit pour le bien de vos concitoyens ou pour la protection de la nature et l'environnment dans lequel nous vivons.

Pour plus de renseignements:

http://www.unep-aewa.org/about/introduction.htm
http://www.rfi.fr/science/20120525-communaut%C3%A9-internationale-oiseaux-migrateurs-afrique-eurasie
http://lorientjunior.com/component/content/article/757-halte-a-la-chasse
http://blogs.mediapart.fr/blog/bfo/261211/liban-la-chasse-aux-oiseaux-24

 
< Précédent