Tentons Ensemble de Réaliser un Rêve pour nos Enfants
rien à afficher
<< Jul 2020 >>
MTWTFSS
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday2234
mod_vvisit_counterYesterday6016
mod_vvisit_counterThis week20721
mod_vvisit_counterThis month2235
mod_vvisit_counterAll7466587
Advertisement

Cliquez sur l'image pour agrandir le plan.

Reboisons nos forts PDF تصدير لهيئة طباعة ارسال لصديق
Geai, geai, reboisons nos forêts
 
L’association TERRE Liban, présidée par Paul Abi Rached, lance une nouvelle opération : « Geai des chênes » . Son objectif : reboiser les forêts incendiées sans avoir besoin de financement.
Explications:
Plus de cinquante enfants accompagnés de leurs parents ont répondu à l’appel de TERRE Liban et se sont rassemblés dans la forêt de Baabda, seule forêt naturelle proche de Beyrouth. En famille, ils sont partis à la découverte de cette forêt qui s’étend sur près de 110 000 mètres carrés. Plus d’une dizaine d’espèces d’arbres et d’arbustes sauvages, typiques de la région méditerranéenne, poussent dans la forêt de Baabda : pin, chêne, pistachier, caroubier, aliboufier, arbousier, sumac, myrte, calicotum… Ils ont appris à les identifier. Puis, tout comme le geai des chênes, ils ont cueilli les fruits de ces arbres. Le geai des chênes, gardien des forêts

Le geai des chênes est un oiseau qui vit au Liban. Il est très friand de glands de chênes. Il les ramasse en automne. Il les sélectionne en fonction de leur maturité et de leur taille tout en veillant à ce qu'ils soient exempts de parasites. Il transporte, dans une poche sous son bec, 3 à 4 glands, puis les enfouit dans le sol pour constituer ses réserves de l’hiver. Chaque geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie et en oublie une autre qui pourra germer et croître. Cet oiseau participe ainsi au reboisement des forêts.

Planter les graines

«Après les premières pluies, explique Paul, les graines collectées seront plantées dans les forêts qui ont été incendiées au cours du mois dernier. Ainsi, on pourra reboiser les forêts sans argent ! » L’intérêt de cette méthode est de pouvoir planter des graines dans des régions difficilement accessibles. Il suffit de creuser un trou qui a deux fois la taille de la graine. Une opération facilement réalisable par chacun de nous dans toutes les régions du Liban.
 
http://www.lescopainsliban.com
 
التالى >